COVID-19 / La place des Outre-Mer dans l’environnement régional

Dominique VIENNE, Président du CESER et Joël SORRES, Président de la Commission Territoire, Europe et Coopération rencontrent M. Guillaume VUILLETET, Député chargé d’une mission

Lundi 2 novembre 2020, Dominique VIENNE, Président du CESER et Joël SORRES, Président de la Commission Territoire, Europe et Coopération, rencontrent M. Guillaume VUILLETET, Député chargé d’une mission temporaire sur la place des Outre-Mer dans l’environnement régional en lien avec le contexte de la pandémie COVID-19.

Dans le cadre du rayonnement et de l’insertion des Outre-Mer dans leur environnement régional, axe majeur de la politique du Gouvernement, M. le Député Guillaume VUILLETET a été chargé, par décret du 24 juin 2020, d’une mission temporaire auprès de la Ministre des Outre-Mer, pour notamment tirer les enseignements de la crise et réexaminer les leviers de cet axe stratégique à l’aune des opportunités et des risques actuels et prévisibles, de nature géopolitique, écologique, économique et sociale.

Le CESER a souhaité échanger avec M. le Député sur les enjeux que représentent le bassin maritime océan Indien, au carrefour de nombreuses problématiques, plus particulièrement exacerbées par la crise sanitaire.

Aussi, lors d’un entretien en visioconférence, il a notamment été question des préoccupations que réinterroge la crise sanitaire actuelle (approvisionnement, capacités sanitaires , continuité territoriale maritime et aérienne en territoire isolé) dans les Territoires d’Outre-Mer, qui doivent constituer un véritable prisme d’influence.

M. Dominique VIENNE, Président du CESER, remercie M. le Député d’avoir pu accorder cet entretien au CESER et précise que le Conseil peut faire part de son regard sur le plan régional, national et européen, souhaitant faire de La Réunion le porte-avion de la région indo-pacifique. Il rappelle l’actualité du  CESER en rapport avec la crise et l’évolution de la place des Outre-Mer dans leur environnement régional, ainsi que son avis du 28 avril 2020 en réponse à la Consultation des préfets de La Réunion, de Mayotte et de la préfète, administratrice des TAAF, réunis sous la bannière  de la France de l’océan Indien relatif au document stratégique de bassin maritime sud océan Indien.

Face à un monde dont les échanges augmentent de manière constante, le CESER s’interroge sur certaines orientations stratégiques qui gagneraient à être enrichies, sur la gestion des enjeux de sécurité et de coopération où il est nécessaire de renforcer le respect des normes. Il s’agit de permettre « la libération des énergies, l’accompagnement du désir d’entreprendre, le soutien renforcé aux secteurs d’avenir qui doivent contribuer à mieux faire rayonner les Outre-Mer », dans un esprit « économie bleue » en prenant en compte simultanément les enjeux environnementaux, sociétaux et économiques.

La France en Indo-Pacifique à travers sa ZEE, ses ressortissants et ses investissements directs
(source : Ministère de la Défense) 

Ainsi, la déclinaison d’une véritable « stratégie Indopacifique » intégrée, comme souhaitée par le Président de la République dans son discours lors du forum « Choose La Réunion », se doit d’être volontariste et ambitieuse au regard des multiples enjeux portés par l’espace maritime que représente le bassin Sud océan Indien, pour la France riche de ses territoires ultramarins. Celle-ci requiert des actions fortes et des moyens financiers dédiés à la hauteur des ambitions, en particulier en matière de coopération. Le CESER insiste sur la nécessité que les objectifs identifiés soient clairement distingués selon différentes échelles (transversale, régionale et locale) afin de permettre des actions adaptées à chacune d’entre elles.

Partager